Bouleversant témoignage de Ziad Medoukh

Après presque quatre mois depuis le début de cette agression horrible de l’occupation contre la population civile de Gaza, la situation sur place est de plus en plus catastrophique et terrifiante.La vie est un goût amer, en fait, il n’y a pas de vie à Gaza. La vie est paralysée totalement. Il n’ y a rien, ni nourriture, ni eau, ni médicaments, ni électricité, ni gaz , ni  lait, ni pain, ni fruits, ni légumes, ni viande, ni poulet, ni poissons, ni moyens de transport, ni logement, ni perspectives.

Secrétaire Blinken, voici la vérité qui dérange sur l’Amérique et Israël

Selon les Nations Unies, 4 personnes sur 5 parmi les personnes les plus affamées dans le monde se trouvent à Gaza. Vous savez que l’agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens, l’UNRWA, fournit de la nourriture à la plupart des Gazaouis et des infrastructures essentielles à d’autres organisations humanitaires. Pourtant, après qu’Israël a fait des allégations non vérifiées selon lesquelles une poignée de membres du personnel de l’UNRWA auraient participé aux attaques du 7 octobre, vous avez coupé le financement de l’UNRWA, ce que je ne peux comprendre que comme un acte de punition collective. Je crains que cela ne nous incite, ainsi que moi – en tant qu’Américain – à utiliser la famine comme arme de guerre.

« Scandale » : le dossier israélien « ne fournit aucune preuve » pour les allégations contre le personnel de l’UNRWA

Un dossier israélien cité par plus d’une douzaine de pays pour justifier la suppression du financement de l’agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens  (UNWRA) «ne fournit aucune preuve» qu’un petit nombre d’employés clés de l’organisme humanitaire de l’ONU ont été impliqués dans l’attaque menée par le Hamas le 7 octobre, selon une enquête publiée lundi par le média britannique Channel 4.

La controverse autour de l’United Nations Relief and Works Agency (UNRWA) dévie l’attention de la crise humanitaire à Gaza

Une vingtaine d’Organisations Non Gouvernementales (ONG), dont Oxfam et Médecins Du Monde (MDM), ont écrit qu’elles étaient choquées et révoltées par la décision irresponsable d’une douzaine de pays de couper les vivres à une population tout entière

Pourquoi les pays du Sud soutiennent l’accusation du génocide portée à la CIJ par Pretoria

Dans ce que les historiens décrivent comme le premier génocide du XXe siècle, les Namibiens résistant à la colonisation ont été placés dans des camps de concentration et un camp de la mort connu sous le nom de Shark Island – un prototype d’Auschwitz – dans lequel les peuples autochtones et les enfants nés du viol de femmes emprisonnées par les Allemands ont été horriblement expérimentés pour prouver leur infériorité raciale. Environ 65 000 Herero et 10 000 Nama furent massacrés. Les têtes coupées des prisonniers namibiens ont été renvoyées en Allemagne pour des recherches, et des Africains indigènes ont été exposés dans des zoos humains. Hermann Wilhelm Göring, le fils du gouverneur de la colonie, Heinrich Göring, est devenu l’un des chefs militaires les plus notoires d’Adolf Hitler.

Bulletin

Fragments historiques pour rêver la coalition 2005 à 2021

Téléchargez le pdf pour en savoir plus sur l’histoire du mouvement BDS au Québec.

Fil de nouvelles d’EuroPalestine

Arrêter la course 2022

Non à la collaboration avec l’APARTHEID israélien

 

Share This