Les recruteurs présumés de l’armée israélienne font face à des accusations criminelles au Canada

Oct 7, 2022 | Notre bulletin

Que cesse l’occupation: 1129
ÉGLISE ANGLICANE D’AFRIQUE DU SUD

ÉGLISE ANGLICANE D’AFRIQUE DU SUD

Le CPP demande aux paroisses de mettre en lumière le sort des Palestiniens Le Comité permanent provincial, le principal organe décisionnel de l'Église entre les synodes provinciaux, a demandé aux paroisses de mettre en lumière le sort du peuple palestinien lors des...

Merci! Thank you for attending Ali’s talk

Merci! Thank you for attending Ali’s talk

Une note de remerciement aux participants et coorganisateurs de la conférence du 15 septembre à l'Université Concordia Chères amies, chers amis, Merci d'avoir participé à notre événement, Battle for Justice in Palestine: The Case for a Single Democratic State in...

Nora Barrows-Friedman   6 octobre 2022

Pour la première fois, des accusations criminelles ont été portées devant un tribunal canadien pour recrutement présumé dans l’armée israélienne.

Le 22 septembre, un juge a délivré une ordonnance d’assignation à Sar-El Canada sur des allégations selon lesquelles l’organisation aurait encouragé ou incité des Canadiens à se porter volontaires dans l’armée israélienne.

Les experts juridiques disent que cela enfreint la loi canadienne sur l’enrôlement à l’étranger (LRC).

La LRC, qui date de 1937, était à l’origine une mesure anticommuniste visant à criminaliser les Canadiens qui se rendaient en Espagne pour aider à lutter contre la dictature fasciste de Francisco Franco.

L’ordonnance du juge exige que Sar-El Canada réponde aux réclamations et assiste aux audiences du tribunal.

Le rabbin David Mivasairet Rehab Nazzal, tous deux défenseurs de longue date des droits des Palestiniens, ainsi que leurs avocats John Philpot et Shane Martinez, ont porté les accusations contre la section canadienne de Sar-El – un groupe de « volontaires pour Israël » – dans le cadre d’une poursuite privée.

Mivasair a déjà fait campagnepour retirer le statut d’organisme de bienfaisance d’une autre organisation sioniste qui a acheminé de l’argent vers des projets soutenant l’armée israélienne et a contestéla protection du gouvernement canadien de l’implication du Fonds national juif dans l’expulsion continue des Palestiniens de leur terre.

Mivasair a déclaré que lui et Nazzal croient « que le recrutement au Canada de volontaires pour aider l’armée israélienne devrait être une préoccupation pour tous les Canadiens ».

« Cette affaire porte sur une prétendue violation de la loi canadienne », a déclaréNazzal.

«Nous sommes convaincus que le tribunal examinera attentivement les preuves disponibles et statuera sur cette affaire de manière juste et impartiale», a-t-elle ajouté.

Pendant des années, des militants ont informé le gouvernement ainsi que le service de police de Toronto alléguant que Sar-El Canada violait la loi fédérale, mais, a expliqué Mivasair, «ils n’ont pas agi tous les deux».

L’avocat Shane Martinez a déclaré qu’à sa connaissance, «il n’y a pas eu d’enquête compétente sur cette plainte et aucune accusation n’a jamais été portée».

Il a déclaré qu’«il semble y avoir un désintérêt de la part du gouvernement et de la police à l’égard de la poursuite de cette question, et pour cette raison, l’affaire a été poursuivie en tant que poursuite privée par obligation civile de garantir le respect de l’état de droit ici. »

« Si le tribunal rend finalement un verdict de culpabilité, cela pourrait envoyer un message de dénonciation et de dissuasion à ceux qui seraient impliqués dans le recrutement de volontaires pour aider les armées étrangères », a ajouté Martinez.

Traiter les réclamations devant les tribunaux

Sar-El Canada, qui a longtemps annoncé ses programmes dans les médias canadiens, aurait «agi comme intermédiaire pour recruter ou inciter des individus à se porter volontaires dans un rôle non combattant avec l’armée israélienne », selon les avocats Philpot et Martinez.

D’autres allégations incluent qu’« une fois en Israël, les volontaires résideraient sur des bases militaires, porteraient des uniformes militaires et accompliraient des tâches qui seraient autrement assignées aux soldats ».

Sar-El Canada devra traiter ces réclamations devant les tribunaux, a déclaré Martinez. Le processus judiciaire est en cours, avec des audiences préliminaires, des divulgations et des questions administratives à régler avant que la date du procès puisse être fixée.

Mais il a déclaré que le procureur fédéral avait le droit de reprendre l’affaire à tout moment ou de mettre fin aux poursuites.

« Malgré cela, nous sommes prudemment optimistes quant au fait que l’affaire va avancer, [qu’] il n’y aura pas d’intervention et qu’en fin de compte, le tribunal sera en mesure d’examiner toutes les preuves et de statuer sur le fond de l’affaire de manière juste et partielle ».

« Large soutien logistique »

Sar-El a été fondée au début des années 1980 et opère dans plus de 30 pays.

Il se vante que plus de 160 000 volontaires ont été amenés par l’intermédiaire de l’organisation pour «fournir un large soutien logistique » à l’armée israélienne par des volontaires à titre non combattant, et qu’’ « un certain nombre de ses volontaires juifs » ont depuis déménagé en Israël.

« Les volontaires de Sar-El résident sur des bases militaires israéliennes, ils portent des uniformes fournis par l’armée israélienne, ils suivent leurs codes de conduite, ils suivent les instructions de – et agissent pour le bénéfice de – l’armée israélienne », a expliqué Martinez.

Les dossiers de l’entreprise indiquent que Sar-El Canada est en activité depuis 2006, a-t-il ajouté, « et il est allégué que l’incitation au recrutement s’est produite depuis lors et se poursuit jusqu’à ce jour ».

Le Jerusalem Post a rapportéque l’organisation avait reçu des fonds du ministère israélien de la Défense et que des volontaires de Sar-El avaient été enrôlés dans l’armée israélienne.

Longue histoire de recrutement

Bien que l’affaire judiciaire contre Sar-El Canada soit la première du genre à poursuivre des accusations criminelles, les militants exigent depuis longtemps que le Canada mette fin à son soutien aux pratiques de recrutement militaire d’Israël.

En 2020, 170 éminents chefs religieux, militants, artistes et intellectuels canadiens ontdemandé au ministre de la Justice David Lametti d’enquêter et éventuellement d’intenter une action en justice « contre tous ceux qui sont impliqués dans le recrutement et l’encouragement du recrutement » dans le pays pour l’armée israélienne.

John Philpot, l’un des avocats poursuivant Sar-El, a déposé une plainte officielle auprès de Lametti concernant le recrutement d’Israël au Canada.

Lametti a confié la responsabilité à la police, ce qui a incité Philpot à porter plainte auprès de la Gendarmerie royale du Canada.

Notamment, l’armée israélienne s’est vantée d’avoir enrôlé des centaines de citoyens canadiens, rejoignant d’autres étrangers, y compris ceux des États-Unis.

Le CBC a rapporté que les agences gouvernementales canadiennes ne tiennent pas compte du nombre de ses citoyens qui se joignent à l’armée israélienne.

En 2019, le consulat israélien à Toronto s’est vanté qu’un représentant de son armée interrogerait des recrues potentielles.

Cette nouvelle affaire judiciaire contre Sar-El Canada « est un pas en avant important pour régler un problème qui, depuis un certain temps, préoccupe de nombreux individus et groupes ici », a noté Martinez.

Source :https://electronicintifada.net/blogs/nora-barrows-friedman/alleged-recruiters-israeli-military-face-criminal-charges-canada

Share This