Complice du génocide : d’où Israël obtient ses armes

Avr 1, 2024 | Notre bulletin

Que cesse l’occupation:
Le mensonge des « boucliers humains » d’Israël

Le mensonge des « boucliers humains » d’Israël

Israël n’est pas « forcé » de tuer des enfants palestiniens, il le fait sciemment. Caitlin Johnstone Un aspect des récentes révélations sur le système Lavender AI de Tsahal qui n’est pas suffisamment pris en compte est le fait qu’il est complètement dévastateur pour...

Armer l’antisémitisme : la diffamation d’Yves Michaud

Armer l’antisémitisme : la diffamation d’Yves Michaud

BRUCE KATZ Récemment, un Québécois de distinction et un homme intègre du nom d'Yves Michaud est décédé à l'âge vénérable de 94 ans. Ancien député libéral à l'Assemblée nationale du Québec, Michaud s'est joint aux rangs du Parti québécois à la demande de René Lévesque,...

Weaponizing antisemitism: the smearing of Yves Michaud

Weaponizing antisemitism: the smearing of Yves Michaud

Recently, a Quebecer of distinction, a man of integrity by the name of Yves Michaud passed away at the venerable age of 94. A one-time Liberal Member of the Quebec National Assembly, Michaud joined the ranks of the Parti Québécois at the behest of René Lévesque, the...

On cartoon noses, antisemitism and the slaughter in Gaza

On cartoon noses, antisemitism and the slaughter in Gaza

Once again, the accusation of antisemitism was weaponized to trump both common sense and support for the victims of Israel’s murderous rampage. Last week prominent Quebec cartoonist Serge Chapleau caricatured Benjamin Netanyahu as a vampire. The cartoon published...

PAR RAMZY BAROUD

28 MARS 2024

Plus de 9 000 femmes palestiniennes ont été tuées depuis le début de la guerre israélienne dans la bande de Gaza. Les mères représentent la plus grande part des meurtres israéliens, avec une moyenne de 37 mères par jour depuis le 7 octobre.

Les chiffres ci-dessus, provenant respectivement du ministère palestinien de la Santé à Gaza et de la Société du Croissant-Rouge, ne reflètent qu’une partie des souffrances vécues par les 2,3 millions de Palestiniens dans la bande de Gaza.

Il n’y a pas une seule section de la société palestinienne qui n’ait payé un lourd tribut à la guerre, même si les femmes et les enfants sont ceux qui ont le plus souffert, constituant plus de 70 pour cent de toutes les victimes du génocide israélien en cours.

Il est vrai que ces femmes et leurs enfants sont tués par des soldats israéliens, mais ils sont assassinés avec des armes fournies par les pays occidentaux.

Mais aujourd’hui, on nous dit que le monde se retourne enfin contre Israël et que le signe d’approbation de l’Occident envers Tel Aviv pour la poursuite de ses massacres quotidiens pourrait bientôt se transformer en un camouflet collectif.

Cette affirmation a été mieux exprimée dans la couverture du 23 mars du magazine Economist. Elle montrait un drapeau israélien en lambeaux, attaché à un bâton et planté dans une terre aride et poussiéreuse. Il était accompagné du titre « Israël seul ».

L’image, sans aucun doute expressive, était censée servir de signe des temps. Sa profondeur devient encore plus évidente si on la compare à une autre couverture, de la même publication peu après la conquête par l’armée israélienne de vastes territoires arabes lors de la guerre de juin 1967. « Ils l’ont fait », disait le titre de l’époque. En arrière-plan, un char militaire israélien était photographié, illustrant le triomphe israélien financé par l’Occident.

Entre ces deux gros titres, beaucoup de choses ont changé, dans le monde et au Moyen-Orient. Mais affirmer qu’Israël est désormais seul n’est pas tout à fait exact, du moins pas encore.

Bien que de nombreux alliés traditionnels d’Israël en Occident nient ouvertement son comportement à Gaza, les armes en provenance de divers pays occidentaux et non occidentaux continuent d’affluer, alimentant la machine de guerre qui, à son tour, continue de récolter davantage de vies palestiniennes.

Cela nous amène à nous poser la question suivante : Israël est-il vraiment seul alors que ses aéroports et ses ports maritimes sont plus occupés que jamais à recevoir des expéditions massives d’armes venant de toutes les directions ? Pas le moindre.

Presque chaque fois qu’un pays occidental annonce qu’il a suspendu ses exportations d’armes vers Israël, un titre apparaît peu de temps après, indiquant le contraire. En effet, cela s’est produit à plusieurs reprises.

L’année dernière, Rome avait déclaré qu’elle bloquait toutes les ventes d’armes à Israël, donnant ainsi de faux espoirs que certains pays occidentaux connaissent enfin une sorte de réveil moral.

Hélas, le 14 mars, Reuters a cité le ministre italien de la Défense, Guido Crosetto, disant que les expéditions d’armes vers Israël se poursuivaient, sur la base de la logique fragile selon laquelle les accords précédemment signés devraient être « honorés ».

Un autre pays qui « honore » également ses engagements antérieurs est le Canada, qui a annoncé le 19 mai, à la suite d’une motion parlementaire, qu’il suspendait ses exportations d’armes. La célébration parmi ceux qui prônaient la fin du génocide à Gaza commençait tout juste lorsque, un jour plus tard, Ottawa revenait pratiquement sur la décision en annonçant qu’il honorerait également ses engagements antérieurs.

Cela montre que certains pays occidentaux, qui continuent de transmettre au reste du monde leur sagesse non sollicitée en matière de droits de l’homme, de droits des femmes et de démocratie, n’ont aucun véritable respect pour aucune de ces valeurs.

Le Canada et l’Italie ne sont pas les plus grands partisans militaires d’Israël. Les États-Unis et l’Allemagne le sont.

Selon l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm, entre 2013 et 2022, Israël a reçu 68 % de ses armes des États-Unis et 28 % de l’Allemagne. Les Allemands restent imperturbables, même si cinq pour cent de la population totale de Gaza ont été tués, blessés ou portés disparus à cause de la guerre israélienne.

Pourtant, le soutien américain à Israël est bien plus important, même si l’administration Biden continue d’envoyer des messages à ses électeurs – dont la majorité souhaite que la guerre cesse – que le président fait de son mieux pour faire pression sur Israël pour qu’il mette fin à la guerre.

Bien que seules deux ventes militaires approuvées à Israël aient été annoncées publiquement depuis le 7 octobre, ces deux expéditions ne représentent que 2 % du total des armes américaines envoyées à Israël.

La nouvelle a été révélée par le Washington Post le 6 mars. Elle a été publiée à un moment où les médias américains faisaient état d’un fossé grandissant entre le président américain Joe Biden et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

«C’est un nombre extraordinaire de ventes sur une période de temps assez courte», a déclaré au Post un ancien haut responsable de l’administration Biden. Jeremy Konyndyk est arrivé à la conclusion évidente que « la campagne israélienne ne serait pas durable sans ce niveau de soutien américain ».

Pendant des décennies, le soutien militaire américain à Israël a été le plus élevé au monde. À partir de 2016, ce soutien inconditionnel a augmenté de façon exponentielle sous l’administration Obama pour atteindre 3,8 milliards de dollars par an.

Cependant, immédiatement après le 7 octobre, les expéditions d’armes vers Israël ont atteint des niveaux sans précédent. Ils comprenaient une bombe de 2 000 livres connue sous le nom de munitions 5 000 MK-84. Israël a utilisé cette bombe pour tuer des centaines de Palestiniens innocents.

Bien que Washington prétende fréquemment enquêter sur l’utilisation de ses armes par Israël, il s’est avéré, selon le Washington Post, que Biden savait trop bien qu’« Israël bombardait régulièrement des

bâtiments sans disposer de renseignements solides indiquant qu’ils étaient des cibles militaires légitimes ».

D’une certaine manière, Israël « est seul », mais uniquement parce que son comportement est rejeté par la plupart des pays et des peuples du monde. Cependant, il n’est pas seul lorsque ses crimes de guerre sont exécutés avec le soutien et les armes de l’Occident.

Pour que le génocide israélien à Gaza prenne fin, ceux qui continuent de perpétuer le bain de sang en cours doivent également être tenus pour responsables.

Ramzy Baroud est journaliste et rédacteur en chef de The Palestine Chronicle. Il est l’auteur de cinq livres. Son dernier ouvrage est «These Chains Will Be Broken: Palestinian Stories of Struggle and Defiance in Israeli Prisons”» (Clarity Press, Atlanta). Le Dr Baroud est chercheur principal non-résident au Centre pour l’Islam et les Affaires mondiales (CIGA), Université Zaim d’Istanbul (IZU). Son site Internet est www.ramzybaroud.net

Complicit in Genocide: Where Israel Gets Its Weapons From – CounterPunch.org

Voir Aussi: https://www.washingtonpost.com/national-security/2024/03/29/us-weapons-israel-gaza-war/

Share This